Céline Roos

Lire Écrire Rêver

L’écriture au service de

Alors que chaque vendredi, je fais office d’écrivain public en rédigeant des lettres pour les autres, ou les aidant à remplir leurs formulaires administratifs, j’ai consacré la semaine qui vient de passer à mes propres affaires de ce type. Déjà à l’époque où j’étais enseignante, j’avais l’habitude d’utiliser mes vacances, les grandes et les petites de mi-saison, pour rattraper tout mon retard administratif. Je n’avais pas vraiment le temps de m’en occuper en période scolaire, ou je n’y pensais simplement pas, absorbée que j’étais par le train rapide de toutes les tâches liées à la pédagogie et aux demandes de l’administration du rectorat et du lycée.

Études des mains d’Érasme par Hans Holbein le Jeune
(~ 1523) (Domaine Public)

Je n’ai pas éprouvé autant de scepticisme que la plupart des observateurs lorsque certains personnages publics avaient utilisé l’excuse de la phobie administrative pour ne pas avoir payé telle ou telle contribution obligatoire. Je crois en effet qu’il est absolument possible pour une personne de n’en plus pouvoir. J’ai connu quelqu’un, un proche, éduqué, lettré, dont on a découvert après son décès qu’il avait sous son bureau un tas d’une taille gigantesque de lettres et enveloppes administratives qu’il n’ouvrait plus depuis des mois et auxquelles il ne répondait évidemment plus. La lassitude pour des choses qui étaient tellement moins importantes que celles qui comptaient !

Écrire à l’administration

Lire la suite

Une nouvelle: Salon avec poupée et Hannah

Hannah était installée dans le salon, plus proche de la cuisine et des toilettes que sa chambre habituelle. Cela faisait une semaine qu’elle était alitée, souffrant de petites fractures au niveau du bassin, et de deux côtes cassées. Sa mère, sous sa direction, avait disposé quelques chaises qui lui servaient de relais entre la cuisine et sa couche de fortune pour poser un plateau ou un verre d’eau et arriver à les amener jusqu’au petit meuble qui lui servait de table de chevet. Elles avaient ressorti les béquilles qui lui avaient déjà servi lors d’une opération à la cheville. Hannah ne se sentait donc pas tout à fait impuissante, dépendante de sa mère. Celle-ci, de toutes les façons, devait aller travailler en journée et c’était aussi bien, se disait Hannah.

Mais maintenant on en revenait au même problème: comment allait-elle trouver du travail? Dans son état actuel, il n’y avait aucune possibilité de se rendre à un entretien d’embauche. Elle allait être invalide pendant plusieurs semaines.

Elle regarda autour d’elle et vit dans un coin de la pièce, une étrange figure, mi-souriante mi-effrayante, assez kitsch. Posée sur une vieille enceinte de chaîne hi-fi qui n’avait plus servi depuis des années, une poupée empoussiérée avec en arrière-plan, le haut d’une tige de chatons toute aussi empoussiérée. C’était une poupée figurant une mariée en robe blanche qui paraissait plutôt grise en l’occurrence. Ignacio, un ami de ses parents, décédé depuis, la lui avait offerte lorsqu’il vivait encore à Strasbourg, il y avait au moins quinze ans. Elle en avait été ravie à l’époque. Elle lui rappelait certains personnages féminins de mangas et de dessins animés.

Lire la suite

Lire les regards entre personnages

En feuilletant le manuel d’anglais Your Way de 1ère, j’ai trouvé trois extraits de romans qui contenaient chacun une description de visage ou plus précisément de regard, et plus précisément encore de la lecture qu’en fait le personnage qui fait face à ce regard. J’en ai extrait les trois citations suivantes et les ai traduites, espérant qu’on me le pardonnera puisque ce sont des extraits très courts.

Revue Moda Noua n° 23, juin 1904
Bibliothèque digitale de Bucarest

Des regards qui informent sur celui qui regarde

Lire la suite

Lire et rêver des Épaules de Darwin à la Partie d’Échecs

Comment nous lisons et rêvons le monde : Jean Claude Ameisen

Ce matin, j’ai repris ma lecture du livre de Jean Claude Ameisen, Sur Les Épaules de Darwin – Les Battements du Temps (2014 chez Actes Sud) et j’en suis à l’article « Détisser les mailles de l’univers » du chapitre sur la mémoire et le sommeil. J’y ai trouvé un fait que je ne connaissais pas : les baleines et les dauphins ne dorment pas totalement. Une partie d’eux reste éveillée en permanence. Celle-ci leur permet d’éviter les obstacles, en particulier. Cela se passe en deux phases qui alternent puisque c’est d’abord une moitié du cerveau qui fait le travail pendant que l’autre moitié dort, puis c’est l’inverse qui se passe.

Lire la suite

Écrire le manque

Ces jours-ci, je me sens dans une ambiance de deuil et il y a probablement deux causes à cela. D’abord, nous sommes le 5 avril, donc à deux jours de l’anniversaire du décès de ma mère. Elle me pardonnerait de lier à cette triste échéance un autre fait, matériel, celui de ma séparation avec mon ordinateur, mon outil de travail acheté il y a quelques années. Je pensais qu’il allait me servir fidèlement pendant de longues années après la date de ma retraite. Ma mère était, elle aussi, très attachée à ses ordinateurs  (car elle en avait plusieurs aux fonctions diverses). Elle s’était toujours intéressée à l’informatique et elle avait su transmettre cet engouement à ses collègues et à sa famille. J’ai beaucoup appris par elle au début des années 90 lorsque j’ai eu mon premier ordinateur personnel.

Lire la suite

À lire en passant

Mon article d’aujourd’hui va être assez court et décousu. Dans les prochains jours, j’ai peur d’être coupée d’internet puisqu’on m’installe la fibre demain et j’ai déjà des difficultés puisque mon ordinateur principal est en panne. J’écris sur un petit ordinateur de 10′ qui a peu de mémoire.

Préhistoire au Sahara (Wikimedia Commons)

Bientôt un premier ebook !

Lire la suite

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité