Céline Roos

Lire Écrire Rêver

Bribes de novembre 2020

Voici quelques propos décousus du mois de novembre. Le thème du jeu réapparaît à l’occasion (ne manquez pas d’aller visiter le site pédagogique de la BNF concernant la période persane du jeu d’échecs en cliquant sur le deuxième lien sous l’image).

1er novembre : Écriture sans réfléchir à partir de « un fantôme ».

Dans le passé, il m’est arrivé de voir en plein jour une personne qui était morte quelques jours auparavant. Bien sûr, ce ne pouvait-être elle, mais mon esprit était certainement hanté. Il y a des fantômes de pédalage de chat, de sensations passées, des airs ténébreux, des allures fantomatiques d’une personne malade. Il y a le fantôme de mon esprit lorsqu’il fonctionnait encore bien.

Présentation au roi sassanide Chosroès du jeu d’échec
importé récemment d’Inde
Shâh-nâma, Le Livre des rois.
Epopée contant l’histoire de l’Iran des origines à l’Islam,
par Abû al-Qâsim Firdawsî de Tûs (mort vers 1020).
Paris, BNF, Manuscrits (suppl. persan 490 f° 378 v°)
http://classes.bnf.fr/echecs/images/3/2_01.jpg
http://classes.bnf.fr/echecs/histoire/ind_nais.htm

Écriture sans réfléchir à partir de Jeu.

Lire la suite

À propos de cadeaux

J’ai voulu écrire une nouvelle sur le thème des cadeaux pour répondre à une suggestion du forum du Zodiac. Mon inspiration fictionnelle me faisant toujours défaut, j’ai pensé à deux périodes de ma vie où il a été question de cadeaux. Mais d’abord, un petit remue-méninges à ce propos.

Brainstorming « cadeau.x » (Zodiac)

cadeau.x : de Noël / empoisonné / cheval de Troie / décevant / de bienvenue / précieux / de mauvais goût / touchant / surprise / alimentaire / chocolats / cheap / gâteau avec bougies / carte-cadeau / qui ne fait pas plaisir / de la terre, nature


Cadeau sculpture by Man Ray, iron and nails, 1921,
edited replica 1972, Tate Modern
photo par Wmpearl (Wikimedia Commons)

1974

Un moment à 21 ans ? Où étais-je ? En Algérie ? Nous sommes sur la terrasse de la maison familiale des Dj. à B. en Algérie. C’est le Ramadan, le soir, il fait déjà nuit. Après la shorba, la famille a décidé de préparer des sardines grillées. L’ambiance est joyeuse, festive et enfumée par la cuisson des sardines. Ils sont heureux de m’offrir cette occasion, ils ont l’impression de m’offrir un cadeau. J’en suis heureuse aussi. Des voix, des rires, peut-être même des phrases de celui qui est alors mon mari. De temps en temps, les petites têtes des fillettes voisines apparaissent en haut du mur qui sépare notre terrasse de celle de leur maison. La mémé est assise, je veux dire l’arrière-grand-mère, car la grand-mère, la yaya est très active. Elle donne des injonctions à sa fille et à sa bru qui se démènent pour servir les hommes, les enfants et moi. D’habitude, j’essaye de les aider, mais en l’occurrence je n’ai pas grands moyens. Et puis, c’est le désastre, une terrible indigestion me prend. Je me crois très malade, mais les femmes me rassurent. Elles ont déjà vu cela arriver. Les sardines sont grasses et je n’ai pas supporté d’en manger si tard le soir. J’ai été malade toute la nuit.

Lire la suite

Questions d’écrivains et une mini-nouvelle : Vivre sans Réponses

J’aime bien les questions, particulièrement dans la fiction. Elles s’adressent à tous, parfois au narrateur et, oserai-je le dire (?), peut-être à l’auteur lui-même. Voici donc quelques questions trouvées dans de grands romans, suivies d’une mini-nouvelle de mon cru : Vivre sans Réponses.

Arlequin poli par l’Amour (1720) par Marivaux;
image tirée de Pierre Carlet de Chamblain
de Marivaux, Théâtre complet.
Paris: Laplace, Sanchez et cie, 1878 ;
photo par Bertall (Wikimedia commons)

Questions d’écrivains ou de leurs personnages ou narrateurs

Lire la suite

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité