Cela fait quelques jours que je n’ai pas publié ici et, comme à chaque fois que je fais une pause, j’ai un petit peu de mal à reprendre. Je vais donc publier aujourd’hui des idées qui me sont venues mais dont je n’ai pas su quoi faire. Quand je ne sais pas où aller, j’y vais quand même….

Une aporie (du grec ἀπορία, aporia, absence de passage, difficulté, embarras) est une difficulté à résoudre un problème. […]
Pour Aristote, c’est une question qui plonge le lecteur ou l’auditeur dans le doute tout en le poussant à trancher entre deux affirmations : « απορία, διαπορια », c’est-à-dire « contradiction, embarras ».
Le sens actuel d’aporie est plus fort et concerne tout problème insoluble et inévitable.
Pour prendre une image en relation avec l’étymologie du mot, on peut dire aussi que l’aporie est une impasse dans un raisonnement procédant d’une incompatibilité logique.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aporie

Voici les premiers et les derniers mots de L’Innommable (1949) de Samuel Beckett.

http://blog.ac-versailles.fr/heros/index.php/post/12/01/2011/L-Innommable-%281949%29

Alors, voici ces idées diverses non abouties. C’est parti!

Image Fnac

Le Serrurier Volant

Dans ma bibliothèque, j’ai trouvé Le Serrurier Volant (2006) de Tonino Benacquista, illustré par Tardi. Je ne saurais pas bien en parler, mais je ne peux que conseiller de le lire.

Robert Coover

Trouvé à la page 34 de Noir (2010) de Robert Coover le dialogue suivant :

Legs are legs, Mr. Noir. There are more of them than there are people.
Sure, but –
And a bullet in the brain is a bullet in the brain. As her husband could tell you, were it not too late. 

Noir (2010) Robert Coover

Ma traduction :

« Des jambes sont des jambes, M. Noir. Il y en a plus qu’il y a des personnes.

C’est vrai, mais…

Et une balle dans la tête est une balle dans la tête. C’est ce que son mari dirait, si ce n’était pas trop tard. »

Mon remue-méninges:

Donc, peut-être seul dans une rue sombre, et plus tard paniquant après avoir échappé à la mort. Cela pourrait-il faire partie d’une de mes nouvelles ?

L’idée d’avoir réchappé à un danger. Que pourrait-il bien encore se passer ? Le lecteur aimerait savoir ce qui s’est passé avant. Mais il ne le découvrira pas avant la fin. Mais comment le faire tenir entre temps ? Il faut que quelque chose le retienne sinon il va s’enfuir.

Milieu de l’éducation ? Milieu des échecs ? Je ne le vois pas encore que je connais plusieurs joueurs d’échecs qui sont morts, et pas dans leurs lits. De mort violente ou accidentelle, dans le cas de T., mais on n’en est pas sûr.

p. 54.

You’re starting to panic. Which means at least you’re alive and kicking.

Noir (2010) Robert Coover

Ma traduction :

Tu commences à paniquer. Ce qui veut au moins dire que tu es vivant et que tu frétilles/gigotes.

Tu commences à paniquer. Ce qui veut au moins dire que tu es bien vivant.

Tu commences à paniquer. Ce qui veut au moins dire qu’il y a de la vie en toi.

Zapping télé

Je suis désolé. Je voulais t’acheter des fleurs, du chocolat. Non. Attends ! Voilà. À aucun moment je n’ai peur de ces animaux. Allez, le dernier pour toi. François poursuit cette passion chez lui avec ses trois enfants. À des personnes qui, elles, polluent le plus. Pour l’instant, c’est terriblement précaire. C’est parti. Les amis, on est une famille ! Qui ont fait face aux forces de l’ordre avec des parapluies. Équipement peut évoluer en s’adaptant à celui des forces de l’ordre. Tu ne devrais pas amener ta voiture sur le. Les images pourraient permettre de retrouver le conducteur. Il a essayé de faire le plein. Vous allez tellement me manquer ! Là, je le sens bien ; généralement. Faites des petits pas. Magnésium c’est Rosanna. Franchissement trop tardif, si on peut dire. On peut le dire, c’est aller vite aussi. Il nous invite souvent à dîner. La poule au pot façon Cheyenne n’est pas très sexy. C’est son engagement. Mais non, je rigole ! Boissons incluses. Profitez de Renault Zoë à partir de 140€ par mois. Avant ses fiançailles, Napoléon Ier a prononcé cette phrase d’une lucidité glaciale : c’est un ventre que j’épouse.

Tentative non aboutie de nouvelle-dialogue

Thème : une annonce sur un forum ou une « chat-room » à propos de co-voiturage

Début de dialogue.

Jean Chacun : Offre de covoiturage. Je vais voyager samedi 26 octobre 2019 de Strasbourg à Grenoble. Pour éviter d’être seul pendant ces heures de conduite, je propose à une ou deux personnes de profiter de cette occasion. Contactez-moi par mp.
Multi Colore : Bonjour, cela m’intéresse. Mais je ne sais pas conduire. Cherchiez-vous un passager qui puisse aussi aider à la conduite ?
Jean Chacun : C’est une possibilité mais ce n’est pas forcé. Seule condition, pas plus d’une grosse valise ou bagage.
Multi Colore : Très bien pour le bagage. Mais d’abord, de quelle couleur est votre voiture ? Pas noire, j’espère ? Ce serait rédhibitoire pour moi.
Jean Chacun : Vous n’aimez pas les voitures noires ? Pas de problème, la mienne est gris clair. Y a-t-il d’autres choses que vous n’aimez pas ?
Multi Colore : Désolée, je ne voudrais pas jouer l’auto-stoppeur de Coluche. Ce serait trop long à expliquer. Je veux me rendre à Grenoble pour assister à une rencontre entre deux champions d’échecs qui se déroule là-bas. Je rentrerai le dimanche soir pour travailler lundi.
Jean Chacun : Je ne pourrai pas vous aider au retour, seulement à l’aller. Je resterai à Grenoble une semaine.
Multi Colore : Jouez-vous aux échecs ? Nous pourrions jouer à l’aveugle pendant le trajet.
Jean Chacun : Ah, non ! Je n’y connais rien. Pour moi, le jeu s’arrête à la belote et aux paris sur les courses de chevaux.
Multi Colore : est-ce qu’une autre personne vous a déjà contacté ou ne serons-nous que deux ?
Jean Chacun : Oui, et c’est aussi un joueur, de jeux vidéos, lui. J’espère que vous n’êtes pas incompatibles.
Multi Colore : J’ai déjà joué à des jeux vidéos quand j’étais plus jeune.
Jean Chacun : moi aussi, quand j’étais ado. Bon, tout ce que je demande, c’est un petit peu de conversation de temps en temps pour ne pas m’endormir. Si cela vous convient, rendez-vous sur le parking de l’université, place Brandt, samedi à 18h30.
Multi Colore : Comment est-ce que je vous reconnaîtrai ?
Jean Chacun : Une voiture arrêtée avec le coffre ouvert, s’il ne pleut pas. Je mettrai un panneau « direction Grenoble ».
Multi Colore : Super, on fait comme ça. À samedi !

Céline Roos

Bon, ça c’est le type de dialogue qu’aurait écrit un élève ou un étudiant. Comment l’épicer pour que cela devienne un texte littéraire ? Une vraie histoire ?

Déjà, il pourrait y avoir la rencontre entre les trois, sur le parking. Ils vont se dire leurs vrais noms ou bien ceux qu’ils veulent bien donner.

Pourquoi Multi Colore déteste-t-elle les voitures noires ? Elles lui rappellent les voitures des officiers SS dans les films sur la Deuxième Guerre Mondiale. Elle ne supporte pas non plus les bruits de bottes pour la même raison.

Autre possibilité :

Jean Chacun pourrait inviter le deuxième passager dans la conversation sur le messenger de Facebook. Celui-ci s’appellerait RinceVent en hommage à un des personnages des jeux du Disque-Monde. D’ailleurs, lui aussi n’aime pas tellement le noir. Plus tard, nous allons les voir dans la voiture. Et les conversations dériveront forcément vers les jeux et les tournois. Des histoires de joueurs, de parieurs. Le conducteur voudra parfois poser une question. Mais les réponses seront déjantées car trop liées au jeu. Viendra la question du « qui perd gagne ». Aux échecs, le « qui perd gagne » force le joueur au trait à capturer toute pièce à sa portée. Le gagnant devient celui qui n’a plus rien à la fin.

Que vont-ils faire à Grenoble ?

Jean Chacun se rend à une assemblée générale syndicale qui sera le point culminant après une semaine de discussions entre délégués régionaux de son organisation.

Quant à RinceVent – va-t-il l’avouer ? – il se rend à un congrès de sorciers et sorcières dont les activités ne sont que partiellement publiques. Ceux qui y ont été invités ne savent pas vraiment s’il s’agit de magie, de sorcellerie, si certains de ces « sorciers » croient réellement avoir des pouvoirs surnaturels. Dans son cas, il est une sorte de sorcier amateur qui espère trouver un mentor lors de ce congrès.

Il est à noter que Jean Chacun n’a pas révélé sa motivation réelle car, enfin, il aurait facilement pu trouver des compagnons de voyage dans son propre syndicat. Mais il n’a pas envie de discuter du travail pendant qu’il conduit et il ne veut pas non plus risquer de laisser échapper la surprise qu’il va faire durant son propre discours. Il se sait aussi menacé : le monde des syndicats n’est pas toujours tendre et certains pourraient bien avoir eu vent, d’une façon ou d’une autre, de ses propres projets. Avoir des témoins embarqués est en quelque sorte une sécurité supplémentaire. Il faudra juste qu’il exerce sa patience en écoutant ces hurluberlus.

Variantes :

Et si Rincevent, au cours de ses expériences intérieures pour arriver à lancer des sorts obtenait quelque chose de surprenant pour tous ? Par exemple :

– ils se trouveraient soudain dans la direction opposée, celle d’où ils venaient ;

– leurs paroles vont, pendant un temps, devenir inintelligibles pour les autres ;

– la voiture va léviter ;

– la radio allumée diffusera pour eux les pensées des uns et des autres.

Et si Multi Colore faisait subitement une crise de panique paranoïde, décidant brusquement qu’elle ne voulait plus faire partie de cette expédition, exigeant qu’on lui ouvre la porte et qu’on la laisse sortir sa valise ?

Et si le rusé syndicaliste, Jean Chacun, les choquait tous les deux en s’accordant un excellent repas en chemin que les autres ne seraient pas capables de se payer ?

Abandon du dialogue pour raisons non déterminées.