Céline Roos

Lire Écrire Rêver

Deux courtes histoires commençant par la fin

Voici deux histoires très courtes commençant par la fin: l’une est liée au jeu d’échecs, l’autre a pour thème une avancée scientifique du futur et ses conséquences éventuelles. J’ai l’impression que je vais encore exploiter ce deuxième thème dans d’autres nouvelles. Il me semble bien fécond.

Gribouillis par Céline Roos

Lire la suite

Une mini-nouvelle : la rébellion du petit carnet

Une proposition d’écriture de Régine Detambel s’intitule « les usages du carnet ». Elle m’a inspiré le petit conte loufoque, légèrement dystopique mais un peu innocent qui suit.

Copie d’une des dernières pages d’un des carnets préparatoires de Sur la route par Jack Kerouac, intitulé « Notes nocturnes et diagrammes pour Sur la route » (novembre 1949). Exposition « Sur la route de Jack Kerouac : L’épopée, de l’écrit à l’écran » (16 mai – 19 août 2012) au Musée des lettres et manuscrits de Paris. Déposé par Prosopee (Wikimedia Commons)

La Rébellion du Petit Carnet

Le petit carnet recevait ses pensées fugaces et lui donnait le temps, pendant qu’elle les notait, de réfléchir à leurs causes et leurs implications. Parfois, il lui offrait une illumination, un élément de réponse à un mystère qui se cachait quelque part dans sa mémoire. Ce carnet représentait un certain confort : elle y écrivait lorsqu’elle n’avait pas envie d’être assise en face d’un ordinateur, mais plutôt dans un coin de son sofa ou à une table d’un salon de thé. Immanquablement pourtant, elle recopiait plus tard ces notes dans un document sur son ordinateur.

Lire la suite

Une mini-nouvelle : somnolence dissociative

Une triple inspiration m’a permis d’écrire la nouvelle qui suit, aujourd’hui. D’abord, très modestement, je me suis laissée influencer par l’esprit des nouvelles de Jorge Luis Borges, sans tenter de pasticher sa propension aux références littéraires. Ensuite, j’ai regardé la dernière vidéo « Imaginer c’est voler » de l’atelier de François Bon où il propose de parler de personnes observées et d’en profiter pour faire un retour sur soi-même. Enfin, je fouille aussi parfois le blog de Régine Detambel, et j’ai lu sa proposition d’écriture intitulée « puissance poétique du sommeil ».

Voici donc ma nouvelle :

Somnolence dissociative

Il me faut raconter ce soir cette journée assez particulière d’autant plus que je viens de lire la nouvelle « Guayaquil » de Jorge Luis Borges où il rappelle combien la mémoire d’événements peut rapidement s’altérer. Son récit reflète, de plus, dans une de ses facettes baroques, une impression étrange qui m’est apparu aujourd’hui. Et j’ajouterai ainsi à mon palmarès personnel une deuxième raison d’être fière de moi tandis que le sommeil veut m’envahir, et que je résiste vaillamment résolue à composer la relation de ma rencontre.

Ruprechtsauerallee = Allée de la Robertsau. 1903.
Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
Gallica, photographe : Jul Manias

Lire la suite

Une nouvelle: Au symposium, Professeur Lumière, IA

Malgré ce titre un peu trompeur, le Professeur Lumière, que nous commençons à bien connaître, cette intelligence artificielle désireuse de se former pour devenir enseignant, n’était pas présent au symposium. Mais il a été question d’elle (ou de lui, mais les genres le concernent peu). Voici donc la suite de cette aventure, mais il est possible de relire les épisodes précédents ici:

Son expérience de stagiaire a été difficile, voir la nouvelle : Professeur Lumière, IA.

Professeur Lumière, IA est pourtant déterminé. Voir la nouvelle : Professeur Lumière, IA invaincu

Le temps de la réflexion : Professeur Lumière, IA vers Cybintel

Comment pense-t-il donc ? Où l’on accède à des bribes authentiques de la « pensée » du Professeur Lumière, IA

Au symposium, Professeur Lumière, IA

Évolution par Gerd Altmann de Pixabay

Hermione et Sarah s’étaient rapidement repérées l’une l’autre à leur arrivée au symposium. Elles se connaissaient depuis leurs débuts de stagiaires, avant leurs titularisations respectives. Puis Sarah avait obtenu un poste dans une autre région, mais elles étaient restées en contact et avaient décidé de s’inscrire ensemble à cette rencontre internationale. Pour l’instant, elles n’avaient pas pu bavarder, la première conférence ayant commencé à huit heures.

Lire la suite

Aller-retours temporels

Nous serons bientôt en 2020. Lorsque j’étais enfant, j’avais calculé l’âge que j’aurais en 2000 : quarante-six ans. Je me demande si j’avais une idée de ce que j’allais devenir plus tard et de ce que je suis aujourd’hui. J’avais une idée assez nette de ce que je ne voulais pas devenir : je ne voulais pas me compromettre, être corrompue, vivre pour l’argent. Je voulais vivre selon mes valeurs de l’époque (quelque chose de l’ordre du chevaleresque). Ont-elles beaucoup changé ? Je ne crois pas mais je me suis calmée, suis (un peu) plus sage, plus prudente. Je voulais que ma vie soit une aventure. J’ai été servie. J’espère que ce n’est pas fini.

Ashes to Ashes – image Amazon

Lire la suite

Où l’on accède à des bribes authentiques de la « pensée » du Professeur Lumière, IA

Moi qui vous raconte cette histoire, je me sens forcée de m’excuser. Je perçois votre objection : pourquoi vouloir tenter de décrire les motivations d’une intelligence artificielle, si c’est pour la faire raisonner comme un homme ou une femme ? Notre Professeur Lumière, ce robot, en particulier, a visiblement été doté d’une caractéristique psychologique de l’ordre de la volonté, une caractéristique qui lui fait avoir l’ambition de devenir un enseignant dans une classe d’élèves malgré les obstacles qui se sont présentés à lui. Soit. Ceci est très humain.

Mais serais-je capable de décrire ce qui se passe réellement dans son « esprit » ? D’ailleurs, est-il individuel ou, au contraire, connecté à d’autres intelligences artificielles ou à un centre cybernétique alors qu’il « compute » ? Il va falloir que j’en sache plus à ce propos.

Logo du sommet sur l’intelligence artificielle,
AI for Humanity du 29 mars 2018,
et du site web associé (https://www.aiforhumanity.fr/)
Mission Villani sur l’intelligence artificielle

Il se pourrait qu’il accepte qu’une partie de ses recherches, investigations, calculs, échanges soient partagés avec d’autres mais qu’il conserve un domaine personnel, privé. Question. Mais je fais de l’anthropomorphisme. Le problème est que je ne suis peut-être même pas capable de concevoir la façon dont une intelligence artificielle « compute » : je trouve difficile, finalement, d’utiliser le verbe penser. Essayons de continuer un peu et de l’écouter, d’écouter des bribes minimales de ce qui se passe en lui. Nous sommes son sujet et il s’intéressait à la question de l’humour qui lui semblait un des facteurs faisant obstacle à son approche des enfants humains :

Lire la suite

Une nouvelle : Professeur Lumière, IA vers Cybintel

Professeur Lumière, l’intelligence artificielle, professeur apprenti progresse.

Son expérience de stagiaire a été difficile, voir la nouvelle : Professeur Lumière, IA.

Professeur Lumière, IA est pourtant déterminé. Voir la nouvelle : Professeur Lumière, IA invaincu

C’est le temps de la réflexion, décrite dans cette petite nouvelle :

Professeur Lumière, IA vers Cybintel


Image par Noupload, licence Pixabay

Lorsque Lumière prit congé d’Hermione, il ne sortit pas simplement du collège pour se rendre à l’institut Cybintel qui était pourtant tout proche. La société n’était pas prête pour cela. Quelques expériences de laisser des robots déambuler dans les rues avaient coûté assez cher : telle IA s’était retrouvée maculée de boue ou même de peinture, telle autre avait été caillassée. Certains robots avaient complètement disparu après un appel de demande d’aide au centre et on soupçonnait des trafiquants de les avoir démontées pour revendre leurs circuits et leurs pièces détachées. Ils avaient été les cibles de jeunes plaisantins et de vieux roublards ou de personnes rendues agressives par leur peur des intelligences artificielles.

Lire la suite

Une mini-nouvelle: la Ville invisible

Le sujet de la « ville invisible » était délicat : on disait que les autorités n’appréciaient pas que l’on s’intéresse à la chose. Des curieux auraient disparu. Quentin ne se percevait pas comme très courageux. Son métier d’écrivain le protégeait des rapports de force pénibles qu’il aurait dû endurer s’il avait travaillé dans un bureau. Il avait acquis une modeste renommée qui lui assurait de petites rentrées d’argent. Rien de sûr, cependant. Il fallait constamment trouver d’autres idées.

Lire la suite

Une nouvelle: Professeur Lumière, IA invaincu

Professeur Lumière, l’intelligence artificielle qui a occupé une place d’enseignant stagiaire en classe d’anglais dans la nouvelle Professeur Lumière, IA s’est trouvé quelque peu dépassé par les évènements. Les jeunes humains lui ont donné de quoi réfléchir.

Pour relire cette histoire, c’est ici : Professeur Lumière, IA.

Qui a dit qu’être artificiel empêchait d’être déterminé ? Lumière poursuit ses aventures dans le monde enseignant. Les voici dans la petite nouvelle suivante.

Professeur Lumière, IA invaincu

Image par StockSnap de Pixabay

C’était un jeune robot qui désirait (peut-on vraiment utiliser ce verbe ?) devenir professeur et encadrer de jeunes humains. Il avait intégré les acquis théoriques nécessaires aussi bien dans le domaine des matières d’enseignement que dans le domaine didactique. Il avait également suivi une formation pratique, sur le terrain, dans de vraies salles de classe et il avait observé un enseignant humain à l’œuvre. Tout s’était passé à peu près selon ce à quoi il s’attendait.

Pourtant, il n’avait pas réussi à faire valider la deuxième partie de sa formation sur le terrain, celle où il devait prendre la classe en charge, enseigner lui-même et faire respecter la discipline. Il n’avait pas réussi à anticiper les actions et réactions des élèves. Alors qu’il avait pourtant revisionné cette dernière séance ratée ainsi que celles où l’humaine enseignante gérait la classe, il ne comprenait toujours pas comment les petits humains fonctionnaient et ce qui leur avait permis de le rendre momentanément hors d’usage. En dépit de son nom, Professeur Lumière, IA ne se sentait pas illuminé !

Lire la suite

Le centième article du blog : Science-Fiction et Moon de Duncan Jones

J’ai d’autant plus hésité à publier l’article d’aujourd’hui sur mon blog qu’il s’agit de mon centième ! Une de mes méthodes habituelles, lorsque j’hésite trop est d’aller chercher dans mes vieux cahiers des textes écrits plus tôt que je retravaille un peu alors. Typique de mon caractère indiscipliné, ce centième article ne sera ni à propos d’écriture ni de lecture, mais d’un film.

Cette année, en mars, j’avais utilisé une idée suggérée par François Bon, celle d’écrire à partir d’une scène de film. Le film qui m’a certainement marquée le plus au cours de ces dernières années est Moon (2009) de Duncan Jones.

Il est vrai que ce film m’a fait une forte impression d’une part pour la maîtrise de sa narration qui n’a pas sacrifié à la mode mais aussi pour son contenu qui allie les thèmes actuels de la biogénétique, d’une possible exploitation minière de la lune, de la « psychologie » des robots et de nos préoccupations face à un capitalisme agressif.

Lire la suite

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité