Céline Roos

Lire Écrire Rêver

Bribes de novembre 2020

Voici quelques propos décousus du mois de novembre. Le thème du jeu réapparaît à l’occasion (ne manquez pas d’aller visiter le site pédagogique de la BNF concernant la période persane du jeu d’échecs en cliquant sur le deuxième lien sous l’image).

1er novembre : Écriture sans réfléchir à partir de « un fantôme ».

Dans le passé, il m’est arrivé de voir en plein jour une personne qui était morte quelques jours auparavant. Bien sûr, ce ne pouvait-être elle, mais mon esprit était certainement hanté. Il y a des fantômes de pédalage de chat, de sensations passées, des airs ténébreux, des allures fantomatiques d’une personne malade. Il y a le fantôme de mon esprit lorsqu’il fonctionnait encore bien.

Présentation au roi sassanide Chosroès du jeu d’échec
importé récemment d’Inde
Shâh-nâma, Le Livre des rois.
Epopée contant l’histoire de l’Iran des origines à l’Islam,
par Abû al-Qâsim Firdawsî de Tûs (mort vers 1020).
Paris, BNF, Manuscrits (suppl. persan 490 f° 378 v°)
http://classes.bnf.fr/echecs/images/3/2_01.jpg
http://classes.bnf.fr/echecs/histoire/ind_nais.htm

Écriture sans réfléchir à partir de Jeu.

Lire la suite

À propos de cadeaux

J’ai voulu écrire une nouvelle sur le thème des cadeaux pour répondre à une suggestion du forum du Zodiac. Mon inspiration fictionnelle me faisant toujours défaut, j’ai pensé à deux périodes de ma vie où il a été question de cadeaux. Mais d’abord, un petit remue-méninges à ce propos.

Brainstorming « cadeau.x » (Zodiac)

cadeau.x : de Noël / empoisonné / cheval de Troie / décevant / de bienvenue / précieux / de mauvais goût / touchant / surprise / alimentaire / chocolats / cheap / gâteau avec bougies / carte-cadeau / qui ne fait pas plaisir / de la terre, nature


Cadeau sculpture by Man Ray, iron and nails, 1921,
edited replica 1972, Tate Modern
photo par Wmpearl (Wikimedia Commons)

1974

Un moment à 21 ans ? Où étais-je ? En Algérie ? Nous sommes sur la terrasse de la maison familiale des Dj. à B. en Algérie. C’est le Ramadan, le soir, il fait déjà nuit. Après la shorba, la famille a décidé de préparer des sardines grillées. L’ambiance est joyeuse, festive et enfumée par la cuisson des sardines. Ils sont heureux de m’offrir cette occasion, ils ont l’impression de m’offrir un cadeau. J’en suis heureuse aussi. Des voix, des rires, peut-être même des phrases de celui qui est alors mon mari. De temps en temps, les petites têtes des fillettes voisines apparaissent en haut du mur qui sépare notre terrasse de celle de leur maison. La mémé est assise, je veux dire l’arrière-grand-mère, car la grand-mère, la yaya est très active. Elle donne des injonctions à sa fille et à sa bru qui se démènent pour servir les hommes, les enfants et moi. D’habitude, j’essaye de les aider, mais en l’occurrence je n’ai pas grands moyens. Et puis, c’est le désastre, une terrible indigestion me prend. Je me crois très malade, mais les femmes me rassurent. Elles ont déjà vu cela arriver. Les sardines sont grasses et je n’ai pas supporté d’en manger si tard le soir. J’ai été malade toute la nuit.

Lire la suite

Questions d’écrivains et une mini-nouvelle : Vivre sans Réponses

J’aime bien les questions, particulièrement dans la fiction. Elles s’adressent à tous, parfois au narrateur et, oserai-je le dire (?), peut-être à l’auteur lui-même. Voici donc quelques questions trouvées dans de grands romans, suivies d’une mini-nouvelle de mon cru : Vivre sans Réponses.

Arlequin poli par l’Amour (1720) par Marivaux;
image tirée de Pierre Carlet de Chamblain
de Marivaux, Théâtre complet.
Paris: Laplace, Sanchez et cie, 1878 ;
photo par Bertall (Wikimedia commons)

Questions d’écrivains ou de leurs personnages ou narrateurs

Lire la suite

Bribes d’octobre 2020

Vous reprendrez bien quelques bribes? À défaut de plat de résistance…

2 octobre : Dans la salle d’attente, il faut que je m’arme mentalement pour supporter pendant la prochaine demi-heure cet enfermement à venir dans des pièces très petites. Celle-ci doit faire 2m sur 4,5. Le cabinet est plus grand heureusement.

La dernière fois que je me trouvais ici, j’avais tenté de décrire le poster d’un tableau de Matisse piqué au mur, ici. Mais j’en vois d’autres : l’un, aux couleurs beaucoup plus vives, doit être une affiche pour une exposition. L’autre n’est pas un poster mais la reproduction d’un tableau, encadrée sous une plaque de verre. On y voit l’homme au chapeau melon, de dos, à la silhouette dupliquée en un vide découpé dans le tronc d’un arbre.

Les Poissons Rouges (1912) de Henri Matisse

Revenons à l’affiche. Le thème principal en est la vie : verdure des feuilles, rougeur et mouvement de poissons dans un récipient, poissons dupliqués aussi à la surface de l’eau. Un mélange de plongée et de vue à l’horizontale. La perspective est étrange. Le bocal, qui est rond, n’est pourtant pas sphérique. Sa hauteur est presque cylindrique, légèrement évasée à la base. Il est posé sur un guéridon rond dont on voit le plateau d’un point de vue à la verticale.

Voici, sur le blog de Charlotte Wilkins, une présentation bien plus experte de ce tableau : Les Poissons Rouges (1912) de Henri Matisse

Lire la suite

Dérogation de déplacement vers la publicité via l’enseignement

Je viens de remplir mon « attestation de déplacement dérogatoire » pour ma promenade matinale avec mon chien. Je l’ai imprimée sur une feuille de papier déjà utilisée au recto. J’ai pris cette habitude depuis plusieurs années : lorsque j’étais encore enseignante, pour éviter les longues queues devant la photocopieuse en salle de profs, je préférais imprimer chez moi mes évaluations, mes préparations de cours, les copies de pages de manuel scolaire pour les quelques élèves qui n’apportaient pas le leur en classe. Dans un souci d’économiser le papier, j’imprimais donc sur du papier brouillon. Je continue encore maintenant car il me reste environ une pile de feuilles de cours d’un mètre de haut!

L’enseignement

Il arrivait que l’on demande aux enseignants de travailler avec des collègues d’autres disciplines pour monter des projets communs. L’idée était que les élèves voient une certaine cohérence dans leurs enseignements, en comprenant que les savoirs enseignés et compétences acquises étaient transférables (je ris doucement). En fait, je ne me rappelle pas que l’on m’ait particulièrement sollicitée.

Lire la suite

Où va-t-on chercher l’inspiration – suite 1?

Parfois, le présent est si intense qu’il est difficile de parler ou d’écrire. Je continue donc ma série inspiratrice.

(Voir sa première instance : Où va-t-on chercher l’inspiration?)



Book of Hours, Ysengrin the wolf as bishop,
Walters Manuscript W.102, fol. 78r detail
https://www.flickr.com/photos/medmss/7699555250/

Inspiration : Idée de conte à l’envers

Lire la suite

Une courte nouvelle : Professeur Lumière, IA, prend des vacances

Mes chroniques avaient cessé, au début de cette dense année 2020, de relater les péripéties du Professeur Lumière, l’intelligence artificielle désireuse de se former à la profession d’enseignant. Sans doute pourtant, notre androïde a poursuivi ses recherches en vue de mieux comprendre les humains. Il se trouve que, dernièrement, il s’est intéressé au mystérieux concept des vacances.

Il est possible de relire les épisodes précédents de ses aventures ici:

Tout enseignant est d’abord stagiaire, voir la nouvelle : Professeur Lumière, IA.

Professeur Lumière, IA ne se laisse pas décourager. Voir la nouvelle : Professeur Lumière, IA invaincu

Le temps de la réflexion : Professeur Lumière, IA vers Cybintel

Comment pense-t-il donc ? Où l’on accède à des bribes authentiques de la « pensée » du Professeur Lumière, IA

Même absent, l’on parle du Professeur Lumière! Une nouvelle: Au Symposium, Professeur Lumière, IA

Mais, voici donc ma nouvelle du jour:

Professeur Lumière, IA, prend des vacances

Lire la suite

Où va-t-on chercher l’inspiration ?

Certains diront que pour écrire, il faut déjà avoir quelque chose à dire. Cela n’est pas si simple selon moi. La difficulté est aussi de décider ce qu’on accepte de publier. En cherchant l’inspiration de façon un peu aléatoire, je peux au moins éviter de me focaliser sur moi-même, ma famille ou mon passé. Voici donc quelques pistes que j’ai explorées pour alimenter mon imagination. Parfois, elles m’ont effectivement permis d’écrire un texte, mais d’autres fois, je les ai seulement gardées pour leur originalité.

Manuscrit de Kubla Khan par Samuel Taylor Coleridge (1772–1834)

Inspiration zapping chaînes de télévision: « c’est ce que dit… »

Lire la suite

Une mini-nouvelle où j’imagine une filature ratée

Je tente à nouveau de mettre en mouvement quelques maigres filaments fictionnels. C’est un essai mais une filature ratée !

Le Retour de la Panthère Rose

La filature ratée

Je n’étais pas une pro de la filature mais j’avais un avantage : mon apparence physique me rendait invisible. Elle par contre, ma cible, était étincelante. Et je savais que nous avions le même âge.

Lire la suite

Autour de quelques premiers octobre

Par curiosité, je suis allée chercher dans de vieux carnets ce à quoi je pensais autour de cette date du 1er octobre. En voici un petit relevé.

Memorandum début octobre 1988

1) Plus d’argent jusqu’au 13 octobre. Emprunter.
2) Ne pas oublier inscription université. Faut argent.
3) Annulé – Études parallèles
4) Commencé yoga et nourriture convenable
5) Travail. Tenter travail élections. Améliorer salaire.
6) Quand possible : coiffeur, dentiste
7) rappeler CLSC. Résultats test négatif.
8) Écrit L., J.-L., N.
9) Travail sur Jeu d’Échecs par Michel Roos.
10) Arrêter de fumer
11) Un spectacle
12) Achat bottes, manteau au nettoyeur
13) enveloppes avion
14) Contrecarrer et accepter la superstition. Savoir rire de soi.
Place Kléber à Strasbourg
par SofieLayla Thal de Pixabay

2004

Lire la suite

Page 1 sur 14

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité