Céline Roos

Lire Écrire Rêver

Un an de retraite et Dans les Coulisses : le Prologue

Il est difficile de ne pas penser à la retraite à cause du climat social actuel, des manifestations, des annonces du gouvernement et de discussions sur les forums divers. Le sujet (plus précisément, celui des pensions de retraite) me met pourtant parfois d’humeur chagrine. Pour l’oublier, il faudrait peut-être cesser d’écouter et regarder les nouvelles de la télé et de la radio.


Actrices en scène au Théâtre du Globe de Silvano Toti
Représentation de la Mégère Apprivoisée
Rome en 2004. Albarubescens (Wikimedia Commons)

Hommage à cette directrice d’école qui s’est suicidée récemment, accablée de responsabilités. Je n’ai pas été chef d’établissement mais je sais qu’ils sont écrasés de travail. C’est presque la même chose pour les enseignants des écoles, des collèges et des lycées. J’ai heureusement pu partir à la retraite, un mois avant mes soixante-cinq ans. Je n’étais pas assurée de gagner une pension raisonnable, non, je l’avais calculée à l’avance : elle s’élève à bien moins que le montant du seuil de pauvreté, complémentaires incluses. Je ne regarde pas de trop près, je ne veux pas me fâcher.
Je dis que j’ai heureusement pu partir à la retraite car, plus d’une fois, j’ai pensé que ce n’était pas juste de travailler aussi durement. J’ai pensé qu’il valait mieux m’arrêter pour avoir des chances de vivre un peu plus longtemps et ne pas être complètement épuisée, au moment où je serais radiée des cadres, hors de fonction. Hors de fonction peut signifier plusieurs choses, n’est-ce pas ?

Lire la suite

Une nouvelle : Professeur Lumière, IA vers Cybintel

Professeur Lumière, l’intelligence artificielle, professeur apprenti progresse.

Son expérience de stagiaire a été difficile, voir la nouvelle : Professeur Lumière, IA.

Professeur Lumière, IA est pourtant déterminé. Voir la nouvelle : Professeur Lumière, IA invaincu

C’est le temps de la réflexion, décrite dans cette petite nouvelle :

Professeur Lumière, IA vers Cybintel


Image par Noupload, licence Pixabay

Lorsque Lumière prit congé d’Hermione, il ne sortit pas simplement du collège pour se rendre à l’institut Cybintel qui était pourtant tout proche. La société n’était pas prête pour cela. Quelques expériences de laisser des robots déambuler dans les rues avaient coûté assez cher : telle IA s’était retrouvée maculée de boue ou même de peinture, telle autre avait été caillassée. Certains robots avaient complètement disparu après un appel de demande d’aide au centre et on soupçonnait des trafiquants de les avoir démontées pour revendre leurs circuits et leurs pièces détachées. Ils avaient été les cibles de jeunes plaisantins et de vieux roublards ou de personnes rendues agressives par leur peur des intelligences artificielles.

Lire la suite

Un mot rencontré dans UNDR de Jorge Luis Borges

J’ai pensé en rentrant sous la pluie : tous ces gens que je rencontre sont tellement semblables, tellement proches. Comment se fait-il que ma conscience soit dans mon corps et non dans celui d’un de ces passants ? Comment se fait-il que nous ne communiquions pas plus ? Nous pensons pourtant à peu près de la même façon, même s’il y a aussi des pensées horribles. Les autres gens pourraient être moi, je pourrais être un autre. Est-ce que moi existe ?

Et puis, j’ai relu la nouvelle UNDR de Jorge Luis Borges. Je lis et relis cet écrivain argentin depuis si longtemps que ma pensée en a probablement été transformée. Tous les extraits qui suivent sont tirés de cette nouvelle UNDR dans Le Livre de Sable (1978, chez Gallimard) dans la traduction de Françoise-Marie Rosset. Le titre de la version espagnole est El Libre de Arena (1975) par Jorge Luis Borges.

Image Amazon

On finit toujours par ressembler à ses ennemis.

Lire la suite

Vitrine d’oeuvres en lecture libre

Je vais tenter ici de faire une petite promotion de mes textes en lecture libre (surtout des nouvelles courtes mais quelques autres textes aussi) sur le site Atramenta. Celui-ci permet de publier en lecture libre ou payante et de communiquer avec d’autres auteurs et lecteurs sur un forum.

Capture d’écran de ma page sur Atramenta

Au rayon anticipation / science-fiction / imagination

Lire la suite

Une mini-nouvelle: la Ville invisible

Le sujet de la « ville invisible » était délicat : on disait que les autorités n’appréciaient pas que l’on s’intéresse à la chose. Des curieux auraient disparu. Quentin ne se percevait pas comme très courageux. Son métier d’écrivain le protégeait des rapports de force pénibles qu’il aurait dû endurer s’il avait travaillé dans un bureau. Il avait acquis une modeste renommée qui lui assurait de petites rentrées d’argent. Rien de sûr, cependant. Il fallait constamment trouver d’autres idées.

Lire la suite

Deux nouvelles: La Glace et Dans Les Coulisses

Cette année, j’ai participé à l’atelier ou le jeu ou le défi, je ne sais comment l’appeler, du Zodiac (sur F…k). L’idée était d’écrire des nouvelles en moins de trois mille signes, une par mois au moins. Chaque fin de mois, les participants proposaient des thèmes pour le mois prochain, qui étaient alors mis au vote. Pour le mois de décembre, les thèmes proposés sont : Théâtre – Exil – La ville invisible – Bulle – Séchoir à linge. Voici donc deux petites nouvelles, l’une inspirée par le thème Théâtre, l’autre par un thème qui n’a finalement pas été choisi : Glace.

Dans les coulisses

Au moins, ils avaient le ventre plein. Le patron de la troupe et Faraud le Borgne, leur chef, n’étaient pas ravis qu’ils aient mangé avant de jouer mais les acteurs avaient insisté.

Lire la suite

Une nouvelle : épisode six du Périple aux dix Étapes

Nous avions laissé nos deux jeunes de la communauté du Haut-Château-Du-Roi, Marc et Lucie, alors qu’ils avaient échappé à leur guide. Au moment où cette histoire reprend, la situation est délicate puisqu’ils doivent se cacher ou, au moins, cacher leur nouveau compère, évadé d’un centre de détention. Voici la suite de leur périple.

Rappel des aventures des deux premiers épisodes ici.

Rappel des aventures des épisodes trois et quatre ici.

Rappel de la fondation de la communauté du Haut-Château-Du-Roi ici.

Voici donc l’ épisode six du Périple aux dix Étapes

L’abri temporaire

Leur situation commençait à devenir gênante, ils allaient se faire repérer. Au moins deux fois, ils avaient senti des regards inquisiteurs se poser sur eux. La cour où ils se trouvaient était à l’arrière d’une maison d’habitation de quatre étages et plusieurs personnes y étaient entrées ou en étaient sorties.

Affiche du film O’Brother (2000)
des frères Coen

Lucie aurait déjà dû être de retour ! Marc était furieux ; il se demandait avec qui elle bavardait ou si elle avait trouvé un autre chien ou un chat à cajoler. Il avait eu l’instinct de la laisser partir acheter à manger pour qu’elle ne se retrouve pas seule avec Seb qu’ils ne connaissaient ni de Kevin ni de Hugues. Et puis, il avait quand même fait de la prison. Dire qu’il pourrait déjà être en train de déguster un de ces appétissants sandwiches qu’il avait vus en vitrine !

Un homme passa qui s’apprêtait à ouvrir la portière d’une voiture garée. Il s’adressa subitement à eux.

Lire la suite

Une nouvelle: Professeur Lumière, IA invaincu

Professeur Lumière, l’intelligence artificielle qui a occupé une place d’enseignant stagiaire en classe d’anglais dans la nouvelle Professeur Lumière, IA s’est trouvé quelque peu dépassé par les évènements. Les jeunes humains lui ont donné de quoi réfléchir.

Pour relire cette histoire, c’est ici : Professeur Lumière, IA.

Qui a dit qu’être artificiel empêchait d’être déterminé ? Lumière poursuit ses aventures dans le monde enseignant. Les voici dans la petite nouvelle suivante.

Professeur Lumière, IA invaincu

Image par StockSnap de Pixabay

C’était un jeune robot qui désirait (peut-on vraiment utiliser ce verbe ?) devenir professeur et encadrer de jeunes humains. Il avait intégré les acquis théoriques nécessaires aussi bien dans le domaine des matières d’enseignement que dans le domaine didactique. Il avait également suivi une formation pratique, sur le terrain, dans de vraies salles de classe et il avait observé un enseignant humain à l’œuvre. Tout s’était passé à peu près selon ce à quoi il s’attendait.

Pourtant, il n’avait pas réussi à faire valider la deuxième partie de sa formation sur le terrain, celle où il devait prendre la classe en charge, enseigner lui-même et faire respecter la discipline. Il n’avait pas réussi à anticiper les actions et réactions des élèves. Alors qu’il avait pourtant revisionné cette dernière séance ratée ainsi que celles où l’humaine enseignante gérait la classe, il ne comprenait toujours pas comment les petits humains fonctionnaient et ce qui leur avait permis de le rendre momentanément hors d’usage. En dépit de son nom, Professeur Lumière, IA ne se sentait pas illuminé !

Lire la suite

Marie Vieux-Chauvet et un HIJKLMNaire d’admonestation

Tout le monde n’est pas Marie Vieux-Chauvet qui écrivit – il est vrai, en des circonstances terribles – l’extraordinaire Amour, Colère et Folie (1968), portrait très critique des milieux bourgeois haïtiens desquels elle était issue. Un livre qu’elle ne vit même pas distribué puisque sa famille en acheta tous les exemplaires lors de sa parution, probablement pour éviter l’ire du pouvoir Duvalier.

Image du site de la Fnac

Pour en savoir plus à propos de Marie Vieux-Chauvet: Île en île

La lettre à Gaston Gallimard

Extrait de la lettre de Marie Vieux-Chauvet à Gallimard

Lire la suite

Chronique citadine : chez l’ophtalmo

Pendant près de vingt ans, elle avait consulté une ophtalmologiste, une dame très myope. Les hommes de sa famille n’appréciaient pas cette dame froide et sans sens de l’humour, selon eux. Elle la trouvait très bien, efficace, attentive et elle avait toujours été satisfaite de ses soins. La doctoresse n’avait probablement pas été sensible au charme de ses parents qui en avaient été un peu froissés.

Marseille, vue de la Tour du fanal
du Fort Saint Jean prise à travers
de la résille de béton du MUCEM
GrandBout (Wikimedia Commons)

Mais là, elle avait un problème de vision. Des petits points noirs, comme accrochés à une résille, se promenaient de bas en haut dans son œil gauche. Lorsqu’elle voulut appeler son ophtalmo, elle apprit que celle-ci avait pris sa retraite et elle fit donc le numéro du cabinet suggéré. Ce n’était pas si loin, cela allait et elle obtint un rendez-vous rapidement lorsqu’elle expliqua ce qui lui arrivait.

Lire la suite

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité