Céline Roos

Lire Écrire Rêver

Une mini-nouvelle: la Ville invisible

Le sujet de la « ville invisible » était délicat : on disait que les autorités n’appréciaient pas que l’on s’intéresse à la chose. Des curieux auraient disparu. Quentin ne se percevait pas comme très courageux. Son métier d’écrivain le protégeait des rapports de force pénibles qu’il aurait dû endurer s’il avait travaillé dans un bureau. Il avait acquis une modeste renommée qui lui assurait de petites rentrées d’argent. Rien de sûr, cependant. Il fallait constamment trouver d’autres idées.

Lire la suite

Deux nouvelles: La Glace et Dans Les Coulisses

Cette année, j’ai participé à l’atelier ou le jeu ou le défi, je ne sais comment l’appeler, du Zodiac (sur F…k). L’idée était d’écrire des nouvelles en moins de trois mille signes, une par mois au moins. Chaque fin de mois, les participants proposaient des thèmes pour le mois prochain, qui étaient alors mis au vote. Pour le mois de décembre, les thèmes proposés sont : Théâtre – Exil – La ville invisible – Bulle – Séchoir à linge. Voici donc deux petites nouvelles, l’une inspirée par le thème Théâtre, l’autre par un thème qui n’a finalement pas été choisi : Glace.

Dans les coulisses

Au moins, ils avaient le ventre plein. Le patron de la troupe et Faraud le Borgne, leur chef, n’étaient pas ravis qu’ils aient mangé avant de jouer mais les acteurs avaient insisté.

Lire la suite

Une nouvelle : épisode six du Périple aux dix Étapes

Nous avions laissé nos deux jeunes de la communauté du Haut-Château-Du-Roi, Marc et Lucie, alors qu’ils avaient échappé à leur guide. Au moment où cette histoire reprend, la situation est délicate puisqu’ils doivent se cacher ou, au moins, cacher leur nouveau compère, évadé d’un centre de détention. Voici la suite de leur périple.

Rappel des aventures des deux premiers épisodes ici.

Rappel des aventures des épisodes trois et quatre ici.

Rappel de la fondation de la communauté du Haut-Château-Du-Roi ici.

Voici donc l’ épisode six du Périple aux dix Étapes

L’abri temporaire

Leur situation commençait à devenir gênante, ils allaient se faire repérer. Au moins deux fois, ils avaient senti des regards inquisiteurs se poser sur eux. La cour où ils se trouvaient était à l’arrière d’une maison d’habitation de quatre étages et plusieurs personnes y étaient entrées ou en étaient sorties.

Affiche du film O’Brother (2000)
des frères Coen

Lucie aurait déjà dû être de retour ! Marc était furieux ; il se demandait avec qui elle bavardait ou si elle avait trouvé un autre chien ou un chat à cajoler. Il avait eu l’instinct de la laisser partir acheter à manger pour qu’elle ne se retrouve pas seule avec Seb qu’ils ne connaissaient ni de Kevin ni de Hugues. Et puis, il avait quand même fait de la prison. Dire qu’il pourrait déjà être en train de déguster un de ces appétissants sandwiches qu’il avait vus en vitrine !

Un homme passa qui s’apprêtait à ouvrir la portière d’une voiture garée. Il s’adressa subitement à eux.

Lire la suite

Une nouvelle: Professeur Lumière, IA invaincu

Professeur Lumière, l’intelligence artificielle qui a occupé une place d’enseignant stagiaire en classe d’anglais dans la nouvelle Professeur Lumière, IA s’est trouvé quelque peu dépassé par les évènements. Les jeunes humains lui ont donné de quoi réfléchir.

Pour relire cette histoire, c’est ici : Professeur Lumière, IA.

Qui a dit qu’être artificiel empêchait d’être déterminé ? Lumière poursuit ses aventures dans le monde enseignant. Les voici dans la petite nouvelle suivante.

Professeur Lumière, IA invaincu

Image par StockSnap de Pixabay

C’était un jeune robot qui désirait (peut-on vraiment utiliser ce verbe ?) devenir professeur et encadrer de jeunes humains. Il avait intégré les acquis théoriques nécessaires aussi bien dans le domaine des matières d’enseignement que dans le domaine didactique. Il avait également suivi une formation pratique, sur le terrain, dans de vraies salles de classe et il avait observé un enseignant humain à l’œuvre. Tout s’était passé à peu près selon ce à quoi il s’attendait.

Pourtant, il n’avait pas réussi à faire valider la deuxième partie de sa formation sur le terrain, celle où il devait prendre la classe en charge, enseigner lui-même et faire respecter la discipline. Il n’avait pas réussi à anticiper les actions et réactions des élèves. Alors qu’il avait pourtant revisionné cette dernière séance ratée ainsi que celles où l’humaine enseignante gérait la classe, il ne comprenait toujours pas comment les petits humains fonctionnaient et ce qui leur avait permis de le rendre momentanément hors d’usage. En dépit de son nom, Professeur Lumière, IA ne se sentait pas illuminé !

Lire la suite

Chronique citadine : chez l’ophtalmo

Pendant près de vingt ans, elle avait consulté une ophtalmologiste, une dame très myope. Les hommes de sa famille n’appréciaient pas cette dame froide et sans sens de l’humour, selon eux. Elle la trouvait très bien, efficace, attentive et elle avait toujours été satisfaite de ses soins. La doctoresse n’avait probablement pas été sensible au charme de ses parents qui en avaient été un peu froissés.

Marseille, vue de la Tour du fanal
du Fort Saint Jean prise à travers
de la résille de béton du MUCEM
GrandBout (Wikimedia Commons)

Mais là, elle avait un problème de vision. Des petits points noirs, comme accrochés à une résille, se promenaient de bas en haut dans son œil gauche. Lorsqu’elle voulut appeler son ophtalmo, elle apprit que celle-ci avait pris sa retraite et elle fit donc le numéro du cabinet suggéré. Ce n’était pas si loin, cela allait et elle obtint un rendez-vous rapidement lorsqu’elle expliqua ce qui lui arrivait.

Lire la suite

Pour les autres: agir ou réfléchir?

Aujourd’hui, je vais publier un vrai article de blog, rien de bien littéraire: ni une nouvelle, ni à propos de livres. Je vais parler d’une de mes préoccupations de vivante parmi les vivants. Est-il urgent d’agir ou de réfléchir?

Lire la suite

Art et pouvoir : le musée d’histoire naturelle de South Kensington à Londres

On ne se refait pas si facilement et je suis quand même une ancienne enseignante d’anglais. Il y a quelque temps, j’ai téléchargé les textes et programmes d’enseignement concernant le baccalauréat 2021 et en particulier les définitions d’épreuves. J’ai pris note des divers axes d’étude par les enseignants de langues, parmi lesquels l’axe « Art et Pouvoir ».

Et puis j’ai pensé au Musée d’Histoire Naturelle de South Kensington à Londres, qui a ouvert ses portes la première fois un lundi de Pâques, le 18 avril 1881. Quarante mille visiteurs y ont été admis au cours des deux premières semaines.

Détail de terre cuite,
hall central
du musée d’histoire naturelle de Londres.
photo; Iridescent
https://commons.wikimedia.org/wiki/

Lire la suite

Le grotesque et le métatextuel : Robert Coover

Je poursuis ma lecture de Robert Coover, cet auteur que j’ai découvert dans les derniers mois et dont, malheureusement, toutes les œuvres n’ont pas été traduites en français.

J’ai déjà parlé de lui dans les articles suivant :

L’atypique nouvelle The Babysitter de Robert Coover

Apories : Idées dont je n’ai pas su quoi faire

Je viens de lire une « sous-nouvelle » de la nouvelle « The Sentient Lens » (la lentille sensible): « The Leper’s Helix » (l’hélice du lépreux) du recueil Pricksongs & Descants (1969) de Robert Coover. Une nouvelle métatextuelle et en conséquence partiellement réservée aux initiés.


Bilder des Todes ober Todtentanz für alle Stände
par C. Merkel (1850)
(DaemonDice sur Wikimedia Commons)

L’hélice du lépreux

Ce récit « The Leper’s Helix » est relativement sinistre, avec une touche de grotesque, puisque l’on assiste à la progression douloureuse d’un moribond, un lépreux, dans une plaine désertique brûlée par le soleil, alors que le narrateur tourne autour et au-dessus de lui, l’observant et le décrivant. La description du lépreux évoque ces figures grotesques de morts des danses macabres, le grotesque étant une contraction du sinistre et du comique.

Lire la suite

Une nouvelle: Hannah reprend un job étudiant

Mon personnage Hannah m’a donné de ses nouvelles. Vous souvenez-vous d’elle ?
Voici le premier épisode de ses aventures : Hannah et après
Et le deuxième : Salon avec poupée et Hannah
Le troisième : Hannah et Chloé vont au cirque

Hannah reprend un job étudiant

Pizzeria (licence Pixabay)

Par une froide après-midi d’automne, Hannah se trouvait seule dans une salle de restaurant faiblement illuminée. Tout en mettant en place tables et chaises et plaçant les sets, les couverts et les verres, elle (s’étonnait encore d’avoir) s’étonnait encore d’avoir accepté ce travail. Aide dans une pizzeria n’était pas vraiment ce dont elle rêvait, mais à force de chercher un emploi qu’elle ne décrochait pas, elle finissait par déprimer et ses finances étaient à sec. Elle s’était donc décidée sur un coup de tête pour changer le cours de cette suite d’échecs.

Lire la suite

Apories : Idées dont je n’ai pas su quoi faire

Cela fait quelques jours que je n’ai pas publié ici et, comme à chaque fois que je fais une pause, j’ai un petit peu de mal à reprendre. Je vais donc publier aujourd’hui des idées qui me sont venues mais dont je n’ai pas su quoi faire. Quand je ne sais pas où aller, j’y vais quand même….

Une aporie (du grec ἀπορία, aporia, absence de passage, difficulté, embarras) est une difficulté à résoudre un problème. […]
Pour Aristote, c’est une question qui plonge le lecteur ou l’auditeur dans le doute tout en le poussant à trancher entre deux affirmations : « απορία, διαπορια », c’est-à-dire « contradiction, embarras ».
Le sens actuel d’aporie est plus fort et concerne tout problème insoluble et inévitable.
Pour prendre une image en relation avec l’étymologie du mot, on peut dire aussi que l’aporie est une impasse dans un raisonnement procédant d’une incompatibilité logique.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aporie

Voici les premiers et les derniers mots de L’Innommable (1949) de Samuel Beckett.

http://blog.ac-versailles.fr/heros/index.php/post/12/01/2011/L-Innommable-%281949%29

Alors, voici ces idées diverses non abouties. C’est parti!

Image Fnac

Lire la suite

Page 1 sur 7

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité