Céline Roos

Lire Écrire Rêver

Et personne pour rêver d’écriture

Je vais partir d’une phrase de Onze Rêves de Suie (2010) de Manuela Draeger qui fait partie de la même communauté d’auteurs qu’Antoine Volodine :

« Et personne. »

Onze Rêves de Suie (2010) par Manuela Draeger

Elle est dans le texte « Les Adultes » que je n’ai pas encore lu. Je vais commencer à écrire à partir d’elle. Je ne pense pas que ce que j’écrirai aura des résonnances avec le texte de Manuela Draeger, mais qui sait ? J’ai déjà lu une trentaine de pages de ce livre, donc il aura forcément une certaine influence sur ce que je vais écrire.

Et personne. Personne pour vous dire quoi faire, quoi écrire. Les écrits sont là, ici et là, partout, heureusement ou malheureusement qui vous donnent des indices, des pistes, des suggestions qui pourraient se révéler être en fait des traquenards. Mais des traquenards de qui. De personne, voyons ! Et ce que vous écrivez à présent provient de votre propre esprit tourmenté. N’êtes-vous personne ? Êtes-vous Personne ? Seulement le résultat des multiples influences sur la masse d’électrons qui composent votre chimie interne. Qu’est-ce que c’est votre ? Votre indiquerait une appartenance, une propriété, un propriétaire. Votre moi ? Un moi qui devient auteur ? Assez de questions. Les points d’interrogation ne sont pas utiles, sont incongrus, déplacés, n’ont pas de raison d’être. Pour qu’il y ait une raison d’être, il faudrait qu’il y ait un sens à quelque chose. Le contraire du sens n’est pas forcément l’absurde. Il peut être le non-sens, pas dans le sens de non-sens, simplement de il n’y a pas de sens.

Et personne il y a, personne, une enveloppe formatée par votre histoire, votre volonté, à vous qui est ce que vous ne savez pas écrire car vous doutez qu’elles soient vraiment une. Une, l’enveloppe, la volonté, l’histoire, qui sont des histoires, celles que vous vous racontez, celles que l’on a raconté sur vous, celles que la petite histoire retiendra un court temps. Et personne n’est tout le monde. Mais vous savez que vous retrouvez de ce que vous percevez être vous en toutes ces personnes que vous rencontrez, avec lesquelles votre alchimie ambulante entre en contact. Celui-ci, cette personne vous dit que la lettre que vous avez écrite pour lui, pour elle, pour la personne, n’a pas eu de réponse. Cette personne n’a pas eu de réponse. Mais c’est vous qui l’avez écrite, cette lettre, alors vous n’avez pas eu de réponse non plus. Personne ne vous a répondu, ni à cette personne, ni à votre personne, qui n’écriviez pas en votre propre nom mais en son nom, à elle, cette autre personne, attendant qu’une autre personne, une autre, vous donne un indice de l’avancement de son dossier, de cette personne pour qui vous avez écrit. Et votre nom n’a pas d’importance, c’est un nom qui sert à décrire un état temporaire d’un ensemble d’atomes qui se promènent de ci de là, s’enflant et se désenflant au fil des saisons, s’enveloppant au fil des saisons de couches d’autres atomes à l’apparence de tissus, vêtements, colorés, délavés, lavés, usés, jetés enfin. Et le soleil brille sur personne. Et personne ne piste l’écriture. Rêve d’écriture et de personne.

Précédent

Lire Montaigne est facile

Suivant

Un sourire à frémir

  1. Ecris sans te poser la question du pour qui, du pourquoi, du sur qui, du sur quoi. J’ai du mal à rentrer dans ces interrogations trop fréquentes dans l’atelier sur les angoisses de l’auteur.
    Ecris-la cette lettre sans réponse ! De toutes façons, on te reconnaît entre mille, alors vas-y !
    Bonne écriture
    Danièle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité

%d blogueurs aiment cette page :