Céline Roos

Lire Écrire Rêver

La solitude pour écrire ?

« […] la langue ne me fournit pas à propos l’expression de la vérité. J’abandonne une thèse, faute de mots qui rendissent bien mes raisons. J’ai au fond de mon cœur une chose, et j’en dis une autre. »

Diderot, Salon de 1767

Et il poursuit heureusement dans le même paragraphe :

« Voilà l’avantage de l’homme retiré dans la solitude. Il se parle, il s’interroge, il s’écoute, il s’écoute en silence. Sa sensation secrète se développe peu à peu ; et il trouve les vraies voix qui dessillent les yeux des autres et qui les entraînent. »

Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert – Planche : Taille de la plume – Scannée par Lessay –

Diderot énonce le problème de tous ceux qui veulent exprimer leurs sensations et il nous propose une solution ensuite qui comporte la nécessité de la solitude.

Aujourd’hui, beaucoup de ceux qui écrivent sont en constante communication avec le monde par le biais des réseaux numériques. J’en suis. Cette constante interaction me laisse-t-elle le temps de réfléchir, d’écouter en moi-même les mots qui me permettront de poser sur la page mon idée de façon à ce qu’elle résonne avec force ?

Difficilement. Et pourtant, je suis pressée par le temps, ou j’en ai l’impression. Il me semble que, simplement parce que je ne suis pas jeune, je ne peux attendre les vingt ou trente années nécessaires à la maturation d’un écrivain ou d’un artiste. Et j’ai envie de faire connaître ce que j’écris et dans l’idéal, de pouvoir discuter avec d’autres de ce que j’écris et de ce qu’eux écrivent.

À cette qualité il me faut probablement adjoindre deux défauts : je suis vaine et vénale, jusqu’à un certain point. Vaine, je le prouve, ne serait-ce que par la création de ce blog. Vénale : je ne peux nier que je voudrais être un jour capable de vendre mes livres. Voilà, c’est dit. Quant aux discussions avec d’autres, c’est déjà possible grâce aux réseaux sociaux (je pense par exemple aux échanges entre les participants à des ateliers d’écriture ou au site Atramenta où les lecteurs d’une œuvre peuvent la commenter). Mais c’est aussi le but de ce blog et j’espère qu’il évoluera dans ce sens.

Précédent

Rêves d’écrivains

Suivant

Que fait l’écrivain public ?

  1. j’adore ton vaine et vénale !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité

%d blogueurs aiment cette page :