Céline Roos

Lire Écrire Rêver

Petite astuce pour contrer le syndrome de la page blanche

Voici une petite astuce qui m’aide à combattre la déprime qui s’installe lorsque je me sens atteinte du syndrome de la page blanche.

Je l’ai trouvée sur le site Language is a Virus en anglais qui se présente avec l’idée de guérir le blocage de l’écrivain grâce à des suggestions d’écriture dont certaines sont réellement positives. Ainsi, hier, je suis tombée sur la suggestion « Make a list of everything that makes you feel motivated right now. » Je l’ai traduite pour moi-même par la question suivante :

Qu’est-ce qui me donne le sentiment d’avoir de la motivation, maintenant ?

Image par Pexels de Pixabay

J’ai donc fait une liste très hétéroclite :

Je me sens motivée à faire que mon chat se sente le mieux possible le plus longtemps possible, à aider ma fille à se réaliser dans ses études, son travail et sa vie de couple et de jeune adulte, à continuer à alimenter mon blog pour lui assurer une certaine qualité de contenu, à garder des relations amicales avec le plus de personnes possibles, à envoyer ce livre pour donner à lire à des prisonnières, à garder mon appartement dans un état correct, à me conserver en bonne santé, à tenter de préserver mon apparence pour être suffisamment attrayante et ne pas repousser les gens, à inviter cette voisine qui ne sort pas de chez elle à prendre un café Chez …, à rappeler mon cousin pour que nous nous rencontrions à nouveau. Je devrais me sentir un peu plus motivée à essayer de gagner de l’argent !

Pour être honnête, je dois avouer que cela n’a pas débloqué ma panne fictionnelle mais j’écris au moins, pour moi, des textes que je ne trouve pas trop stupides. Surtout, l’effet positif de cette suggestion d’écriture est qu’elle m’a permis, au moment où je ne trouvais pas en moi les ressources pour écrire de la fiction, d’exprimer sur ma page des objectifs que j’avais envie de réaliser. Cela m’a prouvé d’une part que je ne manquais pas de buts. De plus, agir et mener quelque chose à bien est évidemment bon pour le moral. Il ne faut pas trop sous-estimer les entreprises à visée positive, elles ont quelque chose de simpliste, mais nous sommes parfois moins compliqués que nous le pensons.

J’ai immédiatement choisi dans ma bibliothèque le livre que j’ai envoyé ce matin à Karine Vincent – L’Iconoclaste – c/o Aux oubliées – 26 rue Jacob – 75006 Paris.

De quoi s’agit-il ? D’envoyer des livres aux femmes détenues, souvent éloignées des activités proposées en prison. Voir Aux Oubliées et l’article « Aux Oubliées » vous propose d’offrir un livre à une femme en prison.

Je reviens également au site Language is a Virus. Il est en anglais, mais n’oubliez pas qu’aujourd’hui, il est facile d’obtenir de bonnes traductions sur internet. Je pense particulièrement au site Deepl.

Précédent

Une mini-nouvelle : Quel lendemain ?

Suivant

Une mini-nouvelle : somnolence dissociative

  1. Claude Duplessis

    Votre liste me rejoint.
    S’en est une qui énumère ce qui nous fait du bien dans une vie simple.

    • Céline Roos

      Oui, je me disais en me relisant que je paraissais peut-être avoir bien peu d’ambition mais il ne faut pas se mentir non plus. Ma vie est simple en ce moment (et toujours assez compliquée aussi).

  2. Claude Duplessis

    Bienvenue dans le club !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité

%d blogueurs aiment cette page :