Les questions en valent toujours la peine. Les réponses, pas toujours.

Oscar Wilde

Remue-méninges

Q : questions de genre, questionnaire, quadrillage, quotes, don Quichotte, Quasimodo, querelles, quiproquos, quod erat demonstrandum, Quantico, quand, query, quête, queue, quiche, quidam, Quefellec, quille, quiz, Quinquin, quinine, quitter, quittance, quolibets, quoi, Quentin, Quintinius, Lary Quant (mini-jupe British), quadrature, quai d’Orsay, quakers, théorie quantique, quarantaine, Quasimodo Salvatore, poète italien, prix Nobel 59, Québec, Queen Anne (+ style), Queneau, François Quesnay (encyclopédie Diderot), quicksand, Q. pseudonyme de Quiller-Couch, Sir Arthur Thomas (1863 – 1944) critique et romancier, romans d’aventure en Cornouailles, Quimper, Quine, philosophe américain (langue et logique), Quintilianus, théoricien romain, tuteur des enfants de Domitien. Qui, qui va là ? Quetzalcóatl, quadrilatère, quant, quand, quaternaire, questions, questionneur, questeur, quel, quelle, queue, quasi, quadrimoteur, quarante, quadragénaire. Quelle, quantité, querelleur, questionner, quantième, qualifier, qualificatif. Quiz 

Quentin était le prénom de cet élève qui avait décidé de faire Commerce International. Son père, ébéniste, était déçu que son fils ne veuille pas reprendre le flambeau.

Quod erat demonstrandum (ce qu’il fallait démontrer). Une intuition à démontrer. Un raisonnement mathématique, logique. Me fait penser aux vieux textes d’intrigues, type ceux de Conan Doyle ou d’Edgar Allen Poe, à la limite d’Agatha Christie.

Queen Anne, me fait penser à Jonathan Swift.



Question mark sculpture in Esbjerg
par Alexander Henning Drachmann de Esbjerg, Denmark (Wikimedia Commons)

Les mots en qu-

Je reviens à ma lettre q, qui en français est suivie la plupart du temps de la voyelle u. Lorsque j’enseignais l’anglais, je faisais travailler mes élèves sur les mots en wh-, ce qui se traduirait littéralement par les mots en qu– chez nous. Mais nous ne disons pas cela. Nous parlons des mots qui introduisent des questions ouvertes (j’évite l’affreux terme grammatical).

Graphie

J’ai souvent été gênée, petite, lorsque je devais écrire un q majuscule : je trouvais qu’il y avait une disharmonie entre le gros o fermé ou ouvert de la partie supérieure de la lettre et la pique qui descendait plus bas que la ligne. Pour un g, les deux boucles se répondent, le geste est aisé et relativement jouissif lorsqu’on trace la lettre, mais cette pique du q me fait penser à un soc de charrue primitive, auquel on n’aurait même accordé aucune courbure, simplement un pieu à planter dans le sol.

Les mots flous

Lu dans un livre sur l’anthropologie du théâtre quelque chose comme : « les mots flous sont des réponses à des questions. » Questions déjà dans la tête de ceux qui écoutent.

Puisque je suis ma propre compagnie, quels sont mes mots flous ? Peut-être « sortir ». Voilà un mot flou. Je me promets sans cesse de le faire, et … flop. En partie à cause de ma fatigue physique, ma paresse, ma peur ? Sortir est la réponse à ma question. Quelle est ma question ? Comment me renouveler ? Rencontrer du monde. Redevenir la pionnière que j’étais autrefois, différemment bien sûr. Mais c’est l’esprit. Le problème est ma ville. Je crois qu’elle me paralyse. Ce n’est pas le terrain inconnu que je découvrais autrefois.

Après vérification, la vraie phrase de Barba, p. 91 :

Les mots flous sont des « réponses » en quête de « questions. »

Le Canoë de Papier ; Traité d’Anthropologie Théâtrale (1993) d’Eugenio Barba ; traduit de l’italien par Éliane Deschamps-Pria en 2004.

Il ajoute: « Dans ce cas, les questions doivent déjà être présentes chez celui qui écoute. Sinon, c’est comme si l’on vous assénait une théorie en hébreu. »

Voici un article à propos du Canoë de Papier.

Formule à base de question vraie et véhicule

Ma recherche sur l’eau de l’autre jour a fait flop (j’essayais d’écrire une nouvelle dont un des thèmes principaux serait l’eau). Je réfléchissais au fait que je ne pourrais pas vraiment l’utiliser comme un véhicule qui me ferait avancer une histoire. Ma petite nouvelle La Tour Hors-Jeu fonctionne bien grâce à cette pièce, cette tour dans la poche d’un des deux personnages. Il veut la rendre. Le lecteur se demande donc s’il va réussir à le faire. D’autre part, le deuxième personnage, le légitime propriétaire, apparaît aussi et on attend leur rencontre. Dans cette nouvelle, le véhicule, le moteur de l’histoire est donc cette petite tour. De plus, cette histoire fonctionne parce qu’elle répond à une question qui continuait de trotter dans ma tête depuis des années car j’étais bien ce deuxième personnage, ce Monsieur Basile qui avait perdu une tour. Pour ma prochaine nouvelle, il me faudrait donc trouver un autre de mes « genuine » questionnements (vrais, authentiques).

Un élément de réponse à ma recherche sur l’écriture de nouvelles ?

véhicule + « genuine » question