Céline Roos

Lire Écrire Rêver

Une mini-nouvelle: la Promotion du Balai

Du balai ! Une exclamation qui exprime la brutalité de l’usage de cet outil domestique. Aujourd’hui, le verbe dérivé du balai est utilisé avec plus de douceur dans le discours des esthéticiens(nes) ou des coiffeurs(ses).

Image par Daniel Kirsch de Pixabay

Le balai : un ustensile ancien, universel, familier dont on ne peut finalement pas se passer mais que l’on remplace sans état d’âme par un semblable. Il se présente souvent un peu piteusement à moins que son propriétaire ne soit un obsédé de la propreté car, après chaque utilisation, son extrémité barbue reste en général couverte de poussière et de mini-moutons. Mais il lui arrive, comme à chaque pion d’un jeu d’échecs, de se trouver à l’occasion promu à une fonction plus noble.

Le pion est parfois transformé en dame, tour, fou ou cavalier. Le balai, ce jour-là, se trouva transmué en Soutien du Cintre de la Cape de Sorcière. Noble, disiez-vous ? Eh bien, que croyez-vous donc ? Dans certaines confréries, les adjuvants de sorcière sont des aides respectés par tout adhérent sincère.

Ce jour-là donc, la maladroite humaine propriétaire des objets de sa maisonnée ne contrôla pas suffisamment son geste alors qu’elle voulait remonter le volet de sa fenêtre. Elle avait des excuses, elle avait été légèrement distraite par ses compagnons canin et félin et n’était probablement pas au mieux de ses formes physique et mentale. Quoi qu’il en soit, le volet se rebiffa. Elle entendit un « clac » et ne le vit plus. S’était-il échappé dans les airs ? Non, mais bien quelque part où elle ne le voyait plus. Elle n’en crut pas ses yeux. Elle observa le volet voisin, osa tenter la même opération et vit que ce volet-là ne pouvait aller plus haut. Il était bien bloqué par deux petits plots blancs qui l’empêchaient de s’enrouler entièrement. Elle en conclut que, soit ces plots n’existaient pas dans l’accompagnement du volet de droite, soit ils étaient partis avec lui ou encore, cassés, étaient tombés dans la rue. Que devait-elle donc faire ? Elle tenta encore quelques fois de tirer sur le volet, mais rien n’y fit. Elle sut qu’elle devait demander de l’aide mais, se doutant qu’elle ne l’obtiendrait pas de sitôt, elle chercha des solutions pour masquer un peu la fenêtre en prévision de la nuit prochaine.

C’est ainsi que le balai se trouva juché sur un piédestal composé d’un carton rempli d’autres cartons divers, que son extrémité supérieure, de façon bien pratique, agrémentée d’une sorte d’anneau pour qui voudrait l’accrocher à un clou servit à y suspendre un cintre, lequel cintre devint le porteur d’une cape, cape qui elle-même se trouva tendue de part et d’autre pour cacher le plus de surface possible.

Advint ce jour la promotion du balai ! Quel rapport avec la sorcière ? Honnêtement, il ne s’agit que d’une intuition inspirée elle-même par une association d’idées visuelles. La cape dans sa disposition improvisée évoquait l’image d’une chauve-souris. D’autre part, la volonté de bloquer la vue de cette fenêtre lorsqu’il allait faire noir à l’extérieur et que l’intérieur serait éclairé était bien motivée par la peur de dévoiler un antre que l’on aurait pu considérer comme l’habitation d’une personne au moins légèrement asociale. Etc.

Quant à l’avenir du balai, qu’en dire ? Un jour viendra où l’on réparera le volet et où le fier promu devra se résoudre à un statut ordinaire mais aujourd’hui, de sa tige rigide, le balai observe fièrement par la fenêtre un monde inconnu avant cette aventure et jubile peut-être d’être exposé aux regards indiscrets.

Précédent

Souvenir: le 1er mai de l’année avant le coronavirus

Suivant

Souvenirs de fac

  1. Quel bonheur de ne pas avoir besoin de volets ! En revanche, le balai a toute sa noblesse pour moi en restant dans sa fonction ordinaire : balayer !
    En aïkido, chaque séance devrait commencer par un balayage soigneux des tatamis ; on ne le fait pas toujours mais c’est une erreur, c’est l’exercice le plus zen que je connaisse.

    • Céline Roos

      Je suppose que tu n’as pas de voisins en vis-à-vis et que des arbres entourent ta maison. Je vis en appartement dans une avenue aux maisons hautes et les arbres ne s’élèvent pas jusqu’au niveau de mes fenêtres.
      J’avoue, de plus, que je n’utilise pas le balais aussi souvent que je le devrais. Il m’est resté quelques défauts de mon adolescence!
      Merci pour ton coucou, Danièle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thème par Anders Norén | Réalisation Nicolas Bourbon

  Politique de confidentialité | Déclaration de confidentialité

%d blogueurs aiment cette page :